Rechercher dans ce blog

Potager de début de saison

Je me questionne beaucoup sur la nouvelle manière d'envisager le jardinage, utiliser moins d'engrais, retourner à la terre ce qu'elle nous donne, arroser moins, bannir les pesticides... Influencée par la mouvance de la permaculture, je me tourne donc de plus en plus vers un jardinage naturel dans le choix de mes plantes, dans ma manière de travailler la terre et dans mon design. Je recherche la simplicité et le bon sens.

Mon nouveau potager dans le sud a donc pris cet aspect-là en période de repos, avant que je n'installe les nouveaux plants de légumes : recouvert par un épais mulching de paille et de déchets végétaux



 De même, je laisser monter en graines certaines variétés de légumes dont je souhaite récupérer la semence
La séparation de mes plates-bandes est faite avec de simples rondins de bois récupérés de la taille d'un pin parasol géant dans le jardin

 J'ai vraiment pu observer que les pots en terre cuite renversés sur des piquets et remplis de paille accueillent des insectes bienvenus au jardin potager... notamment les perce-oreilles et surtout... les coccinelles, dévoreuses de pucerons


Ces fèves ont été plantées à l'automne 2016... (région Vaucluse) et pour l'instant pas de pucerons... au lieu de les butter, je les entoure de paille bien décomposée pour les protéger du froid et supporter les tiges


On dirait qu il a gelé cet hortensia aspera macrophilla

Chaque année, c est pareil mon hortensia aspera macrophilla me fait peur dans mon jardin du nord. Son écorce qui souffre avec le gel en hiver est éclatée et même en lambeaux et il me donne vraiment l'impression d'avoir séché une nouvelle fois. Mais l'expérience m'a appris qu'il résiste pourtant chaque hiver, long ou pas long, froid ou très froid et il va donc certainement récupérer de l'hiver 2016. Il supporte très bien mon sol plutôt argileux et passablement calcaire et offre une belle couleur violette quand il se décide à fleurir à la fin de l'été. Et là c'est une splendeur pour la fin de l'été, qui se dresse à presque 2 mètres de haut.

Mais pour en arriver là, il va lui falloir des mois pour récupérer (bien que je le taille naturellement) et retrouver enfin ses belles feuilles grandes (macrophilla et velues.

Avec l'hortensia Annabelle, c'est pourtant, parmi les hortensias, celui qui supporte le mieux le climat froid de mon jardin du nord. Sans doute parce que les floraisons des ces deux variétés d'hortensia interviennent tard dans la saison.

Comme je me réjouis donc de cela :





Hortensia Annabelle 

Premières grimpantes dans le sud et dans le nord

Wahouh, après les jacinthes et premiers narcisses du jardin du sud, je retrouve en date du 7 mars la clématite amandii en fleurs dans le sud...

Une fois la floraison terminée, elle garde une bonne tenue grâce à ces belles feuilles cirées qui sont très décoratives.


Et dans le même temps, dans mon jardin du Nord, c'est le jasmin d'hiver en fleurs qui m'accueille à mon retour


Ce jasmin nudiflorum est particulièrement mis en valeur lorsque il peut offrir son port retombant et il se mélange harmonieusement ici avec du lierre

Une nouvelle palissade

Les haies constituées d'une essence unique de végétal (ici du cyprès sans doute) et qui poussent sans cesse (à la base ce sont des arbres) et demandent une taille régulière, j'essaie de ne plus en avoir au jardin... Et celle-là, ce n'est pas moi qui l'ai installée derrière la maison...J'en ai hérité et impossible de l'enlever : elle sépare ma maison d'une route départementale. Sans doute du reste qu'elle n'a pas été taillée assez souvent...et qu'elle avait ainsi repris destin initial de devenir "arbre", au vu de la taille des troncs qui constituent cette haie. Elle s'était complètement desséchée au fil du temps d'où l'obligation de cette taille drastique




Pour le fond et pour remédier à cet aspect plutôt tristounet, j'ai installé des palissades en bois contre la haie décharnée et comme j'ai reçu d'un ami qui tient une pizzeria quelques boîtes de conserves géantes, je vais les utiliser comme cache-pot.

La question : quelles plantes installer qui supportent une très forte chaleur en été (sud de la France) sans pouvoir être arrosées régulièrement... toujours pour la même raison que je ne suis pas toujours sur place...



A la place de l'écuelle en zinc, il y a aussi un grande cavité bétonnée de presque 1 mètre de profond et qui contenait le compteur d'eau mais qui ne sert plus, Je pourrais donc maintenant y installer un arbre ou une plante grimpante mais qui doit partager les mêmes critères que pour les plantes dans les boîtes : très peu d'arrosage possible...

Si vous avez des idées, je suis preneuse.

Dahlia imperialis, vous le connaissez ?

Pour l'avoir vu dans un jardin, en pleine floraison à près de 3m de hauteur, je peux vous dire qu'il est tout simplement éblouissant et qu'on a qu'une envie une fois qu'on l'a vu :  c'est de le posséder aussi chez soi.

 Il en existe trois variétés au moins, alba aux fleurs simples et blanches, california Angel aux fleurs blanches et doubles et Nothing aux fleurs roses doubles.


Photo prise sur internet pour vous donner idée du résultat escompté :




Là c'est son pied quand il est arrivé à maturité...

Je vais faire démarrer le tubercule que j'ai reçu de mon achat en ligne dans un grand pot dans ma serre pour surveiller son départ en végétation, puis je l'installerai au jardin une fois qu'il aura quelques racines bien développés car c'est dans mon jardin du sud que je l'imagine le mieux vivre.


Conditions de vie  :

Le dahlia impérial est une plante tubéreuse géante qui provient d'Amérique centrale. Si dans la nature ce dahlia peut atteindre jusqu'à 8m de hauteur, dans nos jardins il se développera jusqu'à 3-4 mètres et fleurira en fin d'automne sous nos latitudes. Cela peut être problématique dans les régions froides où il ne pourra fleurir que si l'automne est suffisamment long. Avec son gigantisme il a un petit air exotique.

Affaire à suivre donc, je vous tiendrai au courant.

Un brûle-herbe thermique bien utile...

Cela fait des années que je possède ce petit outil bien pratique que l'on utilise généralement pour désherber entre les dalles d'une allée.

Moi j'en fais un plus large usage et il me sert notamment à "canaliser" au début du printemps des plantes trop envahissantes comme le bambou ou les graminées géantes... Comme mon terrain dans le nord est gorgé d'eau à cette saison, les racines ne sont pas touchées par cette intervention brutale, cela renforce même la repousse.

Cela fonctionne aussi très bien avec  les herbes de la pampa qui ont tendance à se dégarnir par le centre...

Je n'utilise par contre pas cette technique dans mon jardin du sud car j'aurais peur de brûler les racines en même temps que la partie aérienne de la plante...

Et vous, quel est votre outil secret utilisé au jardin ?





Bricoler une petite serre



Bien sûr, nous rêvons tous d'une serre, style verrière à l'ancienne qui abriterait nos petites plantules et nos graines qui germeraient en rang discipliné...et tout cela dans un ordre parfait.

Pourtant, je ne sais pas comment font les personnes pour qu'un tel endroit reste présentable...car, il faut bien le dire, chez moi ce que j'appelle ma serre...c'est un ancien abri de jardin en tôle sur lequel j'ai remplacé un pan du toit en tôle lui aussi par des panneaux acryliques pour faire rentrer la lumière par le haut...

Au vu de ce qu'il y a à l'intérieur, je crois que c'est plus prudent de ne pas rendre les portes translucides... (j'y ai songé pourtant), d'autant plus que cet abri de jardin se trouve face à mon entrée principale...







Si l'on veut une simple serre, on peut en faire une très efficace en un tour de mains avec de vieilles fenêtres et quelques bottes de paille pour le chassis... (présente chez moi aussi au fond du jaaaardin), Pour les semis de légumes, c'est même parfait.


 A l'intérieur, la chaleur va monter très vite quand on s'est donné la peine de bien arroser la paille et d'en tapisser également le fond de la serre...

Ou alors utiliser des petites boites en plastiques pour faire les premiers semis réchauffés sur un radiateur à l'intérieur


J'ai aussi eu à une époque dans mon jardin du Nord une serre que j'avais montée à grande peine avec des fenêtres recyclées... beaucoup de travail pour un résultat qui n'a même pas tenu 10 ans....et à l'intérieur c'était aussi une catastrophe...


 Le truc dont je suis fière dans mon jardin du sud, c'est d'avoir trouvé sur internet une mini-pompe solaire qui puise dans mon bac de récupération d'eau de pluie pour venir arroser à travers mes nouveaux panneaux acryliques mes petites plantes pendant mes absences nombreuses... Il y a une minuterie qui me permet de planifier le temps d'arrosage. Je peine encore pourtant à trouver le moyen que l'eau qui se déverse à travers un petit tuyaux en caoutchouc se répartisse dans chaque pot. Si vous avez des idées, je suis preneuse.





Temps de germination des graines


Je                                                                                                                                                         


Je viens de trouver sur internet une liste intéressante qui indique le temps de germination approximatif pour vos prochains semis... après l'échange extraordinaire qui a lieu sur le sol 2017, je me dis que cela peut toujours servir.

Affaire à suivre

                                                                                                                                                                
Ces données ne sont qu'à titre indicatif pour des semis intérieurs.
Les plantes qui comportent un * peuvent être semées directement en terre pour une floraison pour rapide ou pour éviter une transplantation qui pourrait leur être néfaste. 


A 
Achillée Millefeuille (achillea millefolium) 10 à 12 jous 
Achillée (achillea ptarmica) 10 à 12 jours 
Aconit (aconitum napellus) 35 à 90 jours 
Agastache (agastache foeniculum) la majorité des graines germeront au printemps suivant le semis 
Alchémille (alchemilla mollis) 3 à 15 jours 
Ancolie (aquilegia vulgaris) 7 à 25 jours 
Anémone pulsatille (pulsatille vulgaris) 14 à 35 jours 
Anthémis des teinturiers (anthemis tinctoria) 14 à 20 jours 
Arabette (arabis cucasica) 15 à 30 jours 
Armoise (artemisia sp.) 3 à 7 jours 
Asclépiade (asclepias sp) 2 à 15 jours 
Aster des alpes (aster alpinus) 14 jours 
Astilbe (astilbe arendsii) 14 à 60 jours 
Astrance (astrantia major) 90 jours ou plus 
Aubriète (aubrieta deltoidea) 15 à 30 jours 
Aunée (inula sp.) 5 à 15 jours 



Barbe de bouc (aruncus dioicus) 7 à 90 jours * (semée en automne, fleurira au printemps suivant) 
Benoîte (geum chiloense) 20 à 35 jours 
Bergénie (bergenia cordifolia) 15 à 90 jours 
Boule azurée (echinops ritro) 20 jours 


C 
Calament (calamintha grandiflora) 10 à 30 jours 
Campanule des carpates (campanula carpatica) 7 à 14 jours (peut fleurir la première année d'un semis) 
Campanule agglomérée (campanula glomerata) 6 à 30 jours 
Campanule lactiflore (campanula lactiflora( 14 à 30 jours 
Campanule élevée (campanula latifolia) 14 à 30 jours 
Catananche (catananche caerulea) 10 jours 
Centaurée à grosses fleurs (centaurea macrocephala) 6 à 20 jours 
Centaurée des montagnes (centaurea montana) 6 à 20 jours 
Céraiste (cerastium tomentosum) 14 à 40 jours 
Coeur-saignant (dicentra spectabilis) 30 à 90 jours et plus 
Coquelourde des jardins (lychnis coronaria) 5 à 10 jours * 
Corbeille d'or (aurinia saxatilis) 10 à 15 jours 
Coréopsis (coréopsis grandiflora) 10 à 20 jours 
Corydale dorée (corydalis lutea) 15 à 45 jours 
Croix de Jérusalem (lychnis chalcedonica) 5 à 10 jours 


D 
Digitale (digitalis purpurea) 9 à 20 jours 
Doronic (doronicum orientale) 14 à 40 jours 


E 
Echinacée (echinacea purpurea) 10 à 20 jours * 
Edelweiss (leontopodium alpinum) 30 à 50 jours 
Épervière (hieracium sp.) 10 à 20 jours 
Épiaire (stachys byzantina) 15 à 30 jours 
Euphorbe (euphorbia sp.) 14 à 28 jours 


F 
Faux lupin (baptisia australis) 7 à 70 jours 
Filipendula (filipendula ulmaria) 14 à 90 jours 
Fraxinelle (dictamnus albus) 30 à 120 jours 


G 
Gaillarde (gaillardia grandiflora) 4 à 15 jours 
Gazon d'Espagne (armeria pseudarmeria) 7 à 25 jours 
Gentiane (gentiana septemfida) 20 à 50 jours 
Geranium sanguin (geranium sanguineum) 40 à 90 jours 
Grande Mauve (malva sylvestris) 2 à 7 jours 
Grande Véronique (veronicastrum virginicum) 14 à 30 jours 
Gypsophile rampante (gypsophila repens) 7 à 14 jours 


H 
Hélénie d'automne (helenium autumnale) 7 à 10 jours 
Héllébore (helleboris niger) 60 jours jusqu'à 3 ans 
Hémérocalle (hemerocallis sp) 14 à 63 jours 
Herbe aux chats (nepeta faassenii) 7 à 28 jours 
Heuchère (heuchera sp.) 10 à 60 jours 


I 
Ibéris (iberis sempervirens) 12 à 50 jours 
Immortelle (anaphalis margaritacea) 12 à 30 jours 
Iris japonais (iris ensata) 30 jours, jusqu'à 2 ans 


J 
Jasione (jasione laevis) 5 à 14 jours 
Joubarbe (sempervivum sp.) 7 à 15 jours 
Julienne des Dames (hesperis matronalis) 2 à 6 jours 



K 
Ketmis des marais (hibiscus moscheutos) 15 à 35 jours 
Knautia (knautia macedonica) 2 à 28 jours 


L 
Lanterne japonaise (physalis alkekengi) 15 à 50 jours 
Lavande (lavendula augustofolia) 7 à 50 jours 
Lewisia (lewisia cotyledon) 14 à 60 jours 
Liatride (liatris spicata) 20 à 45 jours 
Lin (linum perenne) 8 à 20 jours * 
Lys Royal (lilium regale) 30 jours jusqu'à 3 ans 
Lobélie du cardinal (lobelia cardinalis) 7 à 20 jours 
Lupin (lupinus polyphyllu) 5 à 25 jours 
Lychnis (lychnis haageana) 10 à 25 jours 


M 
Marguerite (leucanthemum superbum) 4 à 10 jours * 
Mauve musquée (malva moschata) 2 à 15 jours 
Molène (verbascum bombyciferum) 4 à 8 jours * 
Monarde (monarda didyma) 6 à 20 jours 
Monnaie du Pape (lunaria annus) 5 à 15 jours 
Myosotis (myosotis alpestris) 3 à 10 jours 


O 
Oeillet delta (dianthus deltoides) 14 à 20 jours 
Oeillet mignardise (dianthus plumarius) 14 à 20 jours 
Onagre du Missouri (oenothera macrocarpa) 5 à 30 jours 


P 
Panicaut (eryngium alpinium ou planum) 20 à 45 jours 
Pâquerette (bellis perennis) 10 à 14 jours 
Pavot d'Islande (papaver nudicaule) 10 à 15 jours * 
Pavot oriental (papaver orientale) 10 à 15 jours * 
Pavot tangerine (papaver rupifragum) 15 jours * 
Penstémon (penstemon barbatus) 3 à 20 jours 
Phlox des jardins (phlox paniculata) 25 à 45 jours * 
Physostégie (physostegia virginiana) 4 à 15 jours 
Pied d'Alouette (delpninium grandiflorum ou elatum) 8 à 15 jours 
Pigamon à feuilles d'ancolie (thalictrum aquilegiifolium) 15 à 45 jours 
Pivoine (paenia sp.) 60 jours à 3 ans 
Platycodon (platycodon grandiflorum) 10 à 15 jours 
Pois de senteur vivace (lathyrus latifolius) 14 à 30 jours 
Potentille (potentilla sp.) 15 à 30 jours 
Primevère (primula sp.) 30 à 45 jours 
Pulmonaire (pulmonaria saccharata) 30 à 45 jours 
Pyrêthre (tanacetum coccineum) 20 à 25 jours 


R 
Ratibida (ratibida columnifera) 6 à 12 jours 
Renouée (polygonum sp.) 20 à 50 jours 
Rose trémière(alcea rosea) 8 à 14 jous 
Rudbeckie (rudbeckia fulgida ou hirtata) 10 à 20 jours 


S 
Sagine (arenaria montana) 8 à 25 jours 
Saponaire (saponaria ocymoides) 10 à 20 jours 
Sauge vivace (salvia superba) 10 à 20 jours 
Saxifrage paniculée (saxifraga paniculata) 15 à 45 jours 
Scabieuse (scabiosa caucasica) 10-15 jours 
Sédum (sedum sp.) 5 à 30 jours 
Sidalcée (sidalcea malviflora) 15 à 40 jours 
Silène (silene sp.) 9 à 15 jours 
Soupir de bébé (gypsophila paniculata) 10 à 15 jours 
Statice vivace (limonium latifolium) 15 à 25 jours 


T 
Tanaisie (tanacetum vulgare) 7 à 25 jours 
Thym serpolet (thymus serpyllum) 20 à 30 jours 
Trolle (trollius europaeus ou sinensis) 30 jours à 3 ans * 


V 
Valériane grecque (polemonium caeruleum) 7 à 28 jours 
Valériane rampante (polemonium reptans) 90 jours et plus 
Vergerette (erigeron sp.) 5 à 28 jours 
Véronique à épis (veronica spicata) 14 jours 
Veronique à fleurs de gentiane (veronica gentianoides) 14 jours 
Violette (viola sororaria) 50 jours *

Seeds of love 2017

Voilà l'aventure sol 2017 qui est en train de se terminer avec toutes ces petites enveloppes qui affluent de toutes parts que je ne sais plus où donner de la tête.

 J'espère avoir eu un mot de remerciement pour chacun et chacune d'entre vous mais vous me pardonnerez sinon mon empressement à découvrir le contenu de toutes ces enveloppes et à gérer tout cela, bien à vous, laurence34





Quelques graines reçues lors de ce fabuleux échange, merci à vous tous




Et c'est Jacqueline qui nous donne ce super lien pour commander de jolis petits sachets en ligne 


Bonne année à vous, amoureux des jardins, voici ma liste pour ma première participation au SOL 2017 (Règlement iciOn peut retrouver la prodigieuse diversité de l'offre de ce SOL classée par ordre alphabétique ici


Je jardine un peu dans le nord et un peu dans le sud...



1. Alcea à fleurs simples ou doubles de toutes les couleurs même des noires mais je ne peux pas garantir leur couleur, elles se mélangent entre elles tous les ans je crois


2. Datura blanc, annuelle spectaculaire...je la crois chaque fois disparue et elle ré-apparaît... là où elle veut naturellement. Floraison en début d'automne dans mon jardin du nord.





3. Eschscholzia californica
Petits pavots californiens - .
Ils adorent pousser eux aussi là où il veulent et supportent très bien la sécheresse du sud. Leur couleur est orange éclatante. A semer à la volée. Ils se ressèment tout seuls en climat tempéré. Je ne connais pas de fleurs oranges à la coloration aussi intense.


4. Leucantehmella serotina, cette vivace héritée de ma grand-mère et démultipliée  dans mon jardin depuis. Floraison très haute (presque 1m) en automne et très floriflère, elle enchante les insectes butineurs. 






5. Linum Lin bleu, petite annuelle à semer  à la volée et bien sympathique. Elle reviendra toute seule si elle se plaît.


6. Lysimaque pourpre ou salicaire pour les zones humides. Elle ne rend pas très bien sur la photo prise malheureusement en fin de saison quand je me suis inscrite au SOL et que je cherchais les graines que je pourrais bien récupérer...


 7. Bidens ferulifolia Cette petite annuelle est bien connue en jaune vif que je n'aime pas trop du reste mais elle existe aussi en blanc "pirate's Pearl" et là c'est une merveille. Elle fleurit sans interruption dans mon jardin du sud en terrine. Elle est encore en fleur en ce moment... c'est vous dire



laurence



Merci de votre visite... et pour retourner à la liste des blogs qui participent au sol organisé par Isabelle c'est par ici.

Quel belle première expérience que ce sol 2017. J'ai beaucoup appris et l'année prochaine, je ne me laisserai pas surprendre : je n'aurais pas pensé que mes leucanthemella seraient pareillement demandées, ce qui m'a obligé à faire une loterie sévère pour cette demande, désolée. 

Et voici mes gagnantes et gagnants de la cuvée 2017 :

 1 . 6 .16 .19.20.21.23.26.27.41.46.49.58.61.65.70.74.
75.80.85.88.93.110.114.115.116.127.130.143

Petite rétrospective des floraisons du jardin dans le Nord

Mon jardin est plutôt grand, tout en pente et il m'est difficile d'avoir une plantation très dense partout d'autant plus qu'il est ancien et qu'il est donc habité par de nombreux vieux arbres imposants. Ce sont les plans pris de loin qui chez moi sont le plus appropriés sans doute: je favorise la densité de mêmes plantes sur un coin de jardin, puis le coin disparaît au profit d'un autre coin joli pour un temps.. Mais je dois l'avouer, certaines parties du jardin sont bien vides  à certains moments de l'année (surtout en été dans mon jardin du Nord bizarrement).

Je ne sais pas trop comment y remédier car il m'est impossible si je plante trop d'entretenir deux jardins chacun de plus de 1000m2 seule... 

Au printemps ce sont des nuages de myosotis qui ouvrent le bal

Mes plates-bandes sont recouvertes aussi de plantes de rocaille (ceraiste, corbeille blanche, corbeille jaune, thym serpolet, phlox) qui forment des tapis de couleur pendant quelques semaines pour complètement disparaître ensuite... (je les rabats après floraison)
Début juin,  des pavots orientalis attirent l'attention et profitent parfois de s'appuyer contre la barrière en fer forgé. Une treille longue de quelque 10 mètres longe cette même barrière et la recouvrira entièrement d'ici à la fin de l'été, nous protégeant des regards de la route,  côté nord.



Les nombreux arbres et arbustes du jardin avec leurs feuilles nouvelles occupent tout l'espace en hauteur (viorne plicatum mariesii en fleur, prunus serrulata, fougères, cornouailler panaché, cèdre du liban de plus de 10 mètres , saule pleureur et bambous nains... qui mettent long à revenir car..."je les brûle en hiver pour les régénérer" (je prendrai une photo en été quand ils forment une bordure dense tout autour de ma terrasse). Le printemps dans mon jardin, on a l'impression de "manger de la chlorophille" tant c'est vert, ce qui ne se produit jamais dans mon jardin du sud naturellement.

"Le voilà le petit bambou tant décrié sur beaucoup de sites de jardinage mais si on l'utilise en solo il forme de magnifiques courbes (ici il encadre ma terrasse au sud retenu par une bordure de cailloux)". Le gravier le limite aussi un peu mais je dois bien sûr arracher des pousses indisciplinées qui traversent même la toile de géotextile mise sous les graviers..."


Floraison de la glycine sinensis aureus le long du toit juste au-dessus de la terrasse et qui nous apportera une ombre bienvenue en été. Il faut prendre garde à ce qu'elle ne s'enroule pas trop autour des gouttières
Dans mon jardin du nord, c'est la clématite jackmanii  que je préfère (ici en compagnie de la clématite le président pratiquement de la même couleur)...mais dans le sud, j'adore la clématite amandii
Et puis les indisciplinées qui s'installent n'importe où. ici carrément devant les escaliers de mon entrée, entre les dalles de ciment, impossible de lui dire d'aller vivre ailleurs, elle n'en veut rien savoir



Les roses trémières c'est dans le gravier uniquement... aussi, décidément je crois que je vais déverser des tonnes de gravier partout dans le jardin

Jolie floraison de bergénia, corbeille d'or, sur mon muret à l'entrée de la maison, c'est vraiment le printemps qui est le plus beau dans mon jardin du Nord

Floraison d'un chèvrefeuille odorant (mais lequel ??) et d'hydrangea petiolaris, le seul grimpant de la famille, en début d'été

Quelques  rosiers vont suivre mais je comprends que pour combler ce trou de floraison du début de l'été il va falloir que j'en replante... massivement. Cela va être une partie de plaisir même si je n'y connais rien du tout en roses. J'ai un petit faible pourtant pour les roses pompons, à l'ancienne et même si ce sont parfois des rosiers non-remontants, je leur pardonne.




Quelques hémérocalles (au nom inconnu) au milieu d'un feuillage mixte d'hostas et de houlque panachée assez envahissante ainsi que de lierre...car j'ai du lierre partout au jardin et je ne m'en lasse pas

Un bel hortensia "Anabelle" prend le relais mais au milieu de l'été seulement... puis une autre variété "hydrangea serrata bluebird", qui fleurit encore plus tard dans notre région du Jura suisse. Ce sont du reste les deux seules hortensias à vraiment donner un bon résultat dans  la terre lourde et compacte du jardin et les hivers trop froids. 

Chaque année je rabats l'hydrangea serrata drastiquement car je pense qu'il a gelé et que cela ne vaut pas la peine de continuer... il reste dans un état prostré et lamentable pendant de longs mois et puis il repart pourtant en feuilles tout d'abord (mais pas avant avril-mai, cela semble interminable) puis enfin une floraison spectaculaire pendant de longues semaines.

En fin de saison, "une horde" de cosmos squatte un endroit de passage dans le gravier... juste devant notre terrasse (elles ne veulent pousser que là... si si, je vous assure), quelques roses trémières, de toutes les couleurs, simple ou double, se tendent encore vers la lumière, un large massif de rudbeckias... un peu trop flashy à mon goût mais il faut vous imaginer que la pente est à l'envers (par rapport au soleil). La lumière décroit donc vite pour les plantes qui y sont installées.

A la fin,  on ne voit que lui, mon acer japonicum d'un volume assez impressionnant non... Juste en-dessous un cornus planté il y a 3 ans attend son heure de gloire. En contrebas, un vieux genévrier taillé façon bonsai